LE CHATEAU DE LA ROCHANDRY
A MOUTHIERS-sur-BOEME
Le château avant sa recontruction au XIXe siècleL'ORIGINE :
D'après Alcide Gauguié (La Charente communale illustrée, 1868), ce serait Chanderic (Candéricus) seigneur de Saintes en guerre contre le Comte d'Angoulême, qui aurait contruit une forteresse féodale, vers le IXe siècle, sur le rocher où se trouve le château actuel. Cette forteresse aurait pris le nom de Roche Chandéric, devenu ensuite, par déformation, Rochechandry, puis La Rochandry. Mais on n'a la preuve de son existence qu'à partir du XIe siècle.
 
 

LES VICISSITUDES DÛES A LA GUERRE DE CENT ANS (de mi XIVe à mi XVe siècle) :
Le château actuelLes descendants de ce premier seigneur, presque tous nommés Guillaume, comme lui, ajoutèrent de nouvelles fortifications à la tour primitive. Pendant la guerre de Cent ans ce château roman, fut vivement disputé entre les Français et les Anglais qui semblent s'y être maintenus le plus longtemps. En 1387 Louis de Sancerre, Maréchal de France, les en chassa et ordonna sa démolition qui ne fut cependant pas exécutée. Les Anglais  reprirent le château et en furent à nouveau chassés en 1416 par le Sire de Barbazan, capitaine de Charles VII qui,  cettte fois-ci, le fit démolir.
 

LES POSSESSEURS SUCCESSIFS :
Reconstruit peu après, en ce XVe siècle,  par Jean de La Rochandry en style gothique, le château passa par mariage aux Saint-Gelais en 1445, puis aux Tison d'Argence et, vers 1580, aux Forgues de Lavedan qui le firent modifier et agrandir entre 1613 et 1616 ce qui lui donna alors une allure renaissance.   Le château fut vendu en 1681 à Etienne Chérade, comte de MontbronAutre vue du château en ruinesAu XVIIIe siècle, en 1766, comme il menace ruine, la Dame de Rouffiac le fait découvrir et fait abattre une partie des murs.

L'IMPORTANCE DE LA BARONNIE DE LA ROCHANDRY :
Les évêques d'Angoulême étaient suzerains du fief de La Rochandry et, en qualité de  vassaux,  les seigneurs de cette baronnie devait, le jour de l'intronisation de chaque évêque, accompagner celui-ci depuis le monastère de Saint-Ausone jusqu'à la cathédrale en portant le pied avant-droit de son siège (1). Ils devaient en outre héberger l'evêque avec sa suite, chaque année, pendant les mois d'août et de septembre. Mais les Barons de La Rochandry avaient eux-même sous leur dépendance de nombreux fiefs dont ils étaient donc les suzerains : La Foy, Boisbelet, Les Rousselières, Le.Ménadeau, Forge, attribués à des chevaliers valeureux aux XIe et XIIe siècles et servant de postes avancés à La Rochandry, puis la Bussière, Les Gagniers, les Hunauds et le Portail achetés par de nouveaux riches. Les seigneurs de La Rochandry  possédaient aussi le droit de basse, moyenne et haute justice (cette dernière permettant de prononcer la peine capitale). Alcide Gauguié a écrit en 1868 qu'au lieu-dit Les Justices, sur les hauteurs de Mouthiers, existaient encore des traces de fourches patibulaires (gibets).

LE CHATEAU DEPUIS LE XIXe SIECLE :
Au début du XIXe, en 1814,  le château est racheté par Lacourade qui utilise ses pierres pour la construction de la papeterie La Rochandry en 1845de La Rochandry. Cependant, en 1845 on distinguait encore les différentes époques de la contruction de l'édifice comme le montre une lithographie publiée à l'époque par Paul Sazerac de Forge: au centre des ruines se remarquent les pignons aigus du logis du XVe siècle, une fenêtre à meneaux, deux tourelles à encorbellement et, sur la gauche, des fenêtres à fronton et un parapet crénelé. Au pied du château apparaissent deux tours rondes, restes de la forteresse médiévale.

        En 1850 le banquier Servant, d'Angoulême, achète ce qui reste du château de La Rochandry, le fait recontruire en 1852 tel qu'il est de nos jours et se ruine dans cette opération.

Plan du château actuel La forme en arc du château permet de voir les côtés en même temps que la façade, ce qui le fait apparaître plus grand (extrait du plan cadastral).
 
 

Vues du château actuel

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les voir en grand
Le château actuelDe nos joursLe château actuel

        (1) Chacun des quatre pieds du siège de l'évêque d'Angoulême était porté par les seigneurs de La Rochandry , La Rochefoucauld, Montbron et Montmoreau, correspondant aux quatre places fortes (deux Roches et deux Monts) qui étaient les avant-postes d'Angoulême.
 

Accueil
(si vous avez accédé directement à cette page)